Contact
Contact
Lean Manufacturing 06.04.22

Qu’est-ce que la méthode AMDEC et comment la mettre en place ?

Qu’est-ce que l’AMDEC ?

L’AMDEC est une méthode d’analyse des processus, dont l’acronyme signifie : Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leurs Criticités. C’est un outil permettant d’identifier les défaillances, ainsi que leurs causes et leurs effets, sur toutes les étapes d’un procédé à risque quelconque, et ainsi améliorer sa fiabilité. L’AMDEC est donc un outil utilisé dans une démarche de qualité et de contrôle, et dans le cadre de la sûreté de fonctionnement.

Cet outil est très utilisé dans les entreprises pour lutter contre les pertes de temps liées aux défaillances inattendues.

Quels sont les différents types d’AMDEC ?

L’identification de ces défaillances dépend de l’étape du processus dans laquelle on les trouve. C’est la raison pour laquelle l’AMDEC est divisée en différentes catégories.

On trouve ainsi :

L’AMDEC Fonctionnelle, qui est l’analyse des défaillances et de leurs causes à l’étape de la conception.

L’AMDEC Produit, qui est l’analyse des défaillances d’un produit, dues à sa conception, sa fabrication ou son exploitation, pour améliorer sa qualité et sa fiabilité. Elle permet aussi d’aborder la prévention des problèmes liés à la sécurité et à la réglementation du produit.

L’AMDEC Process, qui est l’analyse des défaillances sur les méthodes de production d’un produit ainsi que les procédures mises en œuvre pour accomplir une tâche.

L’AMDEC Moyen de Production, qui est l’analyse des défaillances de la chaîne de production et sur les machines et équipements intervenants dans la réalisation d’un produit.

L’AMDEC Flux, qui est l’analyse des risques liés à l’approvisionnement, le temps de réaction et de correction et leurs coûts.

 

Comment intégrer l’AMDEC dans l’entreprise ?

Pour intégrer l’AMDEC dans les entreprises, il est conseillé de suivre les étapes suivantes :

  1. Construire le groupe de travail et définir l’étude

Cette étape consiste à définir le cadre de l’étude, c’est-à-dire bien définir le procédé étudié, pour l’analyser pertinemment. Les responsables sont alors chargés de définir les objectifs.

 

  1. Identifier et évaluer les modes de défaillance

Cette phase a pour but de lister étape par étape toutes les défaillances potentielles qui peuvent survenir lors de la réalisation des tâches du procédé étudié. Il est également important d’identifier, pour chacune de ces défaillances, les effets et les causes, pour pouvoir mieux les limiter. Pour identifier les causes des potentielles défaillances, on peut utiliser l’arbre des causes, qui est une représentation graphique de la succession des faits ayant provoqué le dysfonctionnement.

 

  1. Hiérarchiser les défaillances et rechercher des solutions

Cette étape est cruciale car elle consiste à supprimer ou réduire les défaillances par la mise en place d’actions correctives ou préventives.

 

  1. Suivre les actions

Finalement, il faut procéder à la planification des actions à mettre en œuvre et suivre leur efficacité et pertinence tout au long du projet.

Comment évaluer les défaillances ?

Pour évaluer les défaillances, il existe une grille d’évaluation, qui consiste à noter 3 indices. Ces 3 indices, ainsi que leurs définitions, sont les suivants :

– La fréquence est la probabilité d’apparition de la défaillance dans le temps.

– La gravité correspond à la sévérité des conséquences engendrées par la défaillance.

– La détection dépend de la probabilité de ne pas détecter correctement la défaillance avec les moyens existants ou prévus.

Chacun de ces indices se voit donc attribuer une note entre 1 et 10. Cela permet de calculer la criticité des potentielles défaillances, qui l’on définit ci-dessous.

 

Comment calculer la note de criticité ?

Pour déterminer l’importance de la défaillance, il faut calculer la criticité. Celle-ci se calcule de la manière suivante :

𝐶𝑟𝑖𝑡𝑖𝑐𝑖𝑡é=𝐹𝑟é𝑞𝑢𝑒𝑛𝑐𝑒 ×𝐺𝑟𝑎𝑣𝑖𝑡é ×𝐷é𝑡𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛

Plus cette valeur est élevée, plus la défaillance est importante. Les entreprises fixent généralement une note de criticité à ne pas dépasser.

La criticité permet ainsi de hiérarchiser les défaillances et de prioriser les actions d’amélioration sur les criticités les plus élevées.

 

Finalement, si vous cherchez à optimiser votre production ou encore à améliorer l’organisation globale de votre entreprise, la mise en place de l’AMDEC peut s’avérer très bénéfique. Si elle est bien appliquée, en suivant les étapes citées ci-dessus, cette méthode permet de s’inscrire dans une démarche d’amélioration continue.

 

Ecrit par Emma Guignard

Pour en savoir plus sur les solutions de Zozio :

MERCI DE CONSULTER LE SITE UNIQUEMENT EN FORMAT PORTRAIT
Le site utilise des technologies modernes et créatives.
Veuillez consulter celui-ci sur un navigateur plus récent de type Chrome, Firefox, Safari, ou bien Edge.