Contact
Contact
Lean Manufacturing 19.07.22

Qu’est-ce-que le Lean Six Sigma?

Quels sont les principes du Lean Six Sigma ?

Comme son nom l’indique, le Lean Six Sigma est le rapprochement entre deux méthodes d’amélioration continue : la méthode Six Sigma et le Lean Management.

Le Lean Management a été développé par l’entreprise Toyota dans les années 1950 au Japon. C’est un système d’organisation du travail qui vise à améliorer les performances de l’entreprise en réduisant les gaspillages.

La méthode Six Sigma, quant à elle, a été développée dans les années 1980 par Motorola, puis par General Electric. Il s’agit d’une méthode d’optimisation des processus qui vise à supprimer les défauts de production en s’appuyant sur des indicateurs de performance.

Ces deux méthodologies sont complémentaires et peuvent devenir un outil de performance redoutable lorsqu’elles sont utilisées ensembles. En effet, ces deux méthodes visent l’amélioration des performances : alors que le Lean Management cherche à rendre le processus efficace, la méthode des Six Sigma aspire à supprimer la variabilité des processus. En alliant les deux approches, une entreprise a d’autant plus de chance d’atteindre une performance satisfaisante.

Ainsi, pour mettre en place le Lean Six Sigma, il s’agit d’appliquer le Lean Management et la démarche des Six Sigma de manière parallèle. Pour ce faire et atteindre cette performance, il faut chasser les gaspillages de manière continue et permanente, dans le cadre du Lean Management, et mettre en place des outils du Six Sigma dans le cadre de projets ponctuels.

Quels sont les 8 types de gaspillage ?

Ainsi, commençons par rappeler dans cet article les 8 types de gaspillage, qui sont souvent à l’origine des limites du processus. Nous verrons dans le paragraphe suivant comment appliquer en plus la démarche Six Sigma.

  1. La production excessive

La surproduction est le gaspillage principal des entreprises. En effet, cela génère généralement des coûts importants, liés à l’accumulation des stocks et aux lourdeurs affectant les flux.

  1. Les stocks excessifs

Ce deuxième gaspillage, qui est souvent une conséquence du premier, coûte très cher à l’entreprise.

  1. Les défauts

Les défauts sur la chaîne de production sont à éviter un maximum, car ils rendent nécessaires des opérations correctives coûteuses en temps et en argent. La réputation de l’entreprise peut également être directement impactée par les défauts de production, si ceux-ci parviennent jusqu’aux clients.

  1. L’étape sans valeur ajoutée

Les étapes sans valeur ajoutée sont en réalité assez nombreuses sur les chaînes de production. Elles ralentissent le processus, coûtent chères à l’entreprise et sont un frein direct à l’optimisation des flux.

  1. Les temps d’attente

Les temps d’attente peuvent être une conséquence de pannes, de dysfonctionnements ou d’autres problèmes sur la chaîne de production, et pénalisent fortement la productivité de l’entreprise.

  1. Les mouvements inutiles

Ce sixième gaspillage coûte beaucoup en énergie et en temps et nécessite souvent de revoir l’organisation globale du processus.

  1. Les déplacements inutiles

Ce gaspillage est complémentaire au précédent. Il coûte également en ressources et pourrait être évité en représentant les flux physiques des opérateurs, pour réorganiser les différents postes de production.

  1. La sous-utilisation des compétences

Le capital savoir-faire, les connaissances métiers et l’intelligence collective sont souvent sous-exploités en entreprise. Ceci entraîne une perte d’efficacité, des recrutements inutiles et de la démotivation des collaborateurs. Il est donc très important d’optimiser l’utilisation des compétences.

Qu’est-ce que le DMAIC et le DMADV ?

Le DMAIC est l’une des méthodes clés pour mettre en œuvre la démarche des Six Sigma. C’est un processus d’amélioration de la qualité en 5 étapes :

  • Définir le problème,
  • Mesurer les données qui ont une influence sur le résultat du processus,
  • Analyser ces données à l’aide d’outils statistiques pour évaluer la faisabilité de la solution,
  • Améliorer le problème identifié grâce à des solutions,
  • Contrôler la durabilité des solutions mises en place.

DMADV est également une méthodologie de la démarche Six Sigma. Elle signifie Definition Measurement Analysis Design Verification. C’est également une méthodologie en 5 phases :

  • Définition du problème et des objectifs,
  • Mesure des données et paramètres,
  • Analyse des options et des alternatives de conception,
  • Conception de l’alternative choisie en utilisant les résultats de l’étape précédente,
  • Vérification de la conception choisie.

Quelle est la différence entre la méthodologie DMAIC et DMADV ?

Même si ces deux méthodologies peuvent paraître similaires, elles s’utilisent en fait dans des contextes distincts.

La méthodologie DMAIC s’utilise lorsque le produit a déjà été commercialisé, et que l’on cherche à améliorer le processus de production, pour que celui-ci soit plus proche des attentes clients.

A l’inverse, la méthodologie DMADV est utilisée lorsque le produit n’est pas encore construit, et qu’il est en cours de conception.

Quels sont les avantages du Lean Six Sigma?

Si le Lean Six Sigma est autant utilisé dans les entreprises, c’est que ses bénéfices sont nombreux.

En plus de réduire les coûts et d’améliorer la qualité des produits, il permet de faire augmenter l’implication et la motivation des collaborateurs.

Les avantages principaux du Lean Six Sigma sont les suivants :

  • Une hausse du profit: l’élimination des gaspillages et l’amélioration de la qualité grâce aux méthodes combinées du Lean Management et des Six Sigma permettent d’augmenter la rentabilité de l’entreprise en faisant diminuer les coûts.
  • Des processus simplifiés et standardisés: le Lean Six Sigma rend les processus plus efficaces, ce qui a tendance à les simplifier.
  • L’implication des collaborateurs à chaque étape du processus: le capital humain est valorisé grâce à cette méthode, ce qui augmente la productivité et la motivation des collaborateurs.
  • Des clients satisfaits: la conséquence la plus attendue de l’amélioration des processus est l’augmentation de la satisfaction client, ce qui a une conséquence positive sur leur fidélisation.

 

Ainsi, en combinant le meilleur des deux approches, le Lean Six Sigma permet une amélioration drastique des processus dans les entreprises.

 

Ecrit par Emma Guignard

Pour en savoir plus sur les solutions de Zozio :

MERCI DE CONSULTER LE SITE UNIQUEMENT EN FORMAT PORTRAIT
Le site utilise des technologies modernes et créatives.
Veuillez consulter celui-ci sur un navigateur plus récent de type Chrome, Firefox, Safari, ou bien Edge.